08 mai 2010

Voilà, ou comment j'ai appri par mégarde qu'un crayon volatilisait papillonnement dans les finfond de mon inconscient.

Partant du principe qu'il est follement amusant de se figurer la fripouille funambule que je tiens sur mon nez dans son plus simple appareillage, et que le monde dans lequelk nous vivons si toutes fois il n'est pas vulgaire de nommer ainsi l'état dans lequel nous évoluons est fou. Bien des gens si il en existe ici la bas ou ailleurs vont ignorer la suite des débats pesans qui se feront conduir en cette folie abstraite, mais ce n'est pas mon problème.

Traité de Poiscalinophysique

Partant du principe qu'il est follement amusant de se figurer la fripouille funambule que je tiens sur mon nez dans son plus simple appareillage, et que le monde dans lequelk nous vivons si toutes fois il n'est pas vulgaire de nommer ainsi l'état dans lequel nous évoluons est fou. Bien des gens si il en existe ici la bas ou ailleurs vont ignorer la suite des débats pesans qui se feront conduir en cette folie abstraite, mais ce n'est pas mon problème.

Traité de Poiscalinophysique

Partant du principe qu'il est follement amusant de se figurer la fripouille funambule que je tiens sur mon nez dans son plus simple appareillage, et que le monde dans lequelk nous vivons si toutes fois il n'est pas vulgaire de nommer ainsi l'état dans lequel nous évoluons est fou. Bien des gens si il en existe ici la bas ou ailleurs vont ignorer la suite des débats pesans qui se feront conduir en cette folie abstraite, mais ce n'est pas mon problème.

Traité de Poiscalinophysique

Posté par poiscaillphysiq_ à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Voilà, ou comment j'ai appri par mégarde qu'un crayon volatilisait papillonnement dans les finfond de mon inconscient.

Nouveau commentaire